domingo, 16 de agosto de 2015

De sang et de feu

Foto A. C. Cappi


Poème de Fabio Viganò




Comme  des  candides  falaises  tes  seins
Pointent  impétueux  sous  le  couvertures,
agitée  par  la  force  de  ton  soufflé
sursautant  comme  initat  Eole…

et  dans  l’étreinte  sans  fin  sur  ma  poitrine
j’ enlace  ardemment  tes  flancs  sinueux
ravi  de  l’élan  encore  grandissant,
je  m’attache  tremblant  à  l’un  à  l’autre.

Je  suis  comme  le  papillon  aveuglé
par  la  lueur  de  la  lune  blafarde,
amant  désespéré  dans  la  tempête
à  la  merci  encore  de  tes  lèvres…


No hay comentarios:

Publicar un comentario