lunes, 17 de agosto de 2015

Le sacrifice

Foto A. C. Cappi

Poème de Fabio Viganò


Retentissement  cadencé  de  vacue  perdues
comme  une  cloche  lugubre  sur  la  rive
impose  la  paix, comme  des  regards  furtifs,
comme  le  murmure  silencieux  des  amants.

Déjà  l’echo  résonne  dans  les  écueils
fendent  le  ciel  avec  des  lames  enflammées,
silencieuses  sont  toutes  ces  voix  absent
égarés  ces  regards  hagards  pourtant  présents…

Le  larmes  de  la  fatigue  devenues  sang
se répandent  sur  l’autel  du  sacrifice,
et  coulent  encore  goutte  après  goutte
puissance  indomptée,  blessure  ouverte…

No hay comentarios:

Publicar un comentario